Tops & Flops Avril 2018

Bonjour à tous !

Je vous retrouve aujourd’hui pour les tops & flops d’avril 2018.

 

Philomena – Le film de Stephen Frears

Le film raconte l’histoire vraie de Philomena Lee, adolescente dans l’Irlande catholique des années 1950 ayant eu un bébé hors mariage et envoyée dans un couvent de « jeunes filles déchues » où elle accouche. Elle reste vivre dans ce couvent avec son bébé pendant 3 ans, jusqu’à ce que les sœurs fassent adopter le petit garçon. Cinquante ans plus tard, Philomena habite en Angleterre, elle s’est marié et a une fille déjà adulte. Un beau jour, elle avoue à sa fille l’existence de cet autre enfant qu’elle a cherché pendant toutes ces années mais qu’elle n’a jamais retrouvé. Sa fille fait alors la connaissance d’un journaliste, Martin Sixsmith, elle le convainc de prendre l’affaire de sa mère et de partir à la recherche de cet enfant. Je ne vous en dis pas plus, tout ce qui se passe après est assez incroyable, on ne voit venir aucun rebondissement et le dénouement est complètement imprévisible. La réaction des deux personnages principaux, Philomena Lee et Martin Sixsmith, est également très inattendue, mais je ne peux rien dire de plus sans vous spoiler ! Au final, Martin Sixsmith n’a pas écrit d’article sur cette recherche mais un livre, ce qui m’amène au deuxième top :

 

Philomena – Le livre de Martin Sixsmith

J’ai commencé par regarder le film, et je l’ai tellement aimé que j’ai fait une pause dans Proust pour lire le livre de Martin Sixsmith. Le film raconte l’enquête de Martin Sixsmith et Philomena Lee pour retrouver l’enfant, alors que le livre raconte de manière romancée et dans l’ordre chronologique la vie de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Martin Sixsmith a effectué un vrai travail de fourmi, interrogé des dizaines de personnes, croisé des coupures de presse locale, afin de retracer la vie de Anthony Lee, devenu Mike Hess lors de son adoption. Le livre est beaucoup plus détaillé sur la vie de Mike Hess, et traite également d’une question plus large : le scandale des bébés irlandais vendus par les couvents de « jeunes filles déchues », pratique autorisée par les autorités catholiques irlandaises de l’époque et sur laquelle le gouvernement irlandais fermait les yeux.

 

Larguées

Dans un style beaucoup plus léger, Larguées raconte l’histoire de Miou-Miou et ses deux filles, Camille Cottin (La Connasse de Canal+) et Camille Chamoux partant en vacances à la Réunion afin de remonter le moral de Miou-Miou dont le mari l’a quitté pour une femme beaucoup plus jeune. Le film est très drôle, le scénario est assez prévisible mais on rigole aux éclats devant des scènes complètement loufoques.

 

Courtney Barnett – Nameless, faceless

Courtney Barnett est une chanteuse rock-folk que j’avais déjà écoutée lorsqu’elle avait sorti un album en duo avec Kurt Vile l’année dernière.  J’avais trouvé cet album sympa mais pas non plus sensationnel, et je n’avais donc pas retenu ces deux artistes dans ma liste des chanteurs à suivre. Puis j’ai entendu à la radio le single Nameless, faceless que Courtney Barnett a sorti au début de l’année pour annoncer son nouvel album. Ayant adoré ce titre, j’ai écouté quelques uns de ses albums précédents, qui sont beaucoup plus punchy que l’album de duo, plus rock que folk, très mélodiques tout en restant énergiques. J’attends avec impatience la sortie de l’album au complet, deux autres singles (City looks pretty et Need a little time) sont également disponibles sur Deezer !

 

Ezra Furman – Transangelic Exodus

Toujours dans un style rock, mais cette fois plutôt un rock un peu rétro un peu poisseux, Ezra Furman m’a séduite avec sa voix énergique et ses rythmes improbables. Les instruments utilisés pour l’accompagnement sont très éclectiques, les mélanges inattendus mais très bien construits. Je ne serai pas surprise d’apprendre que ce chanteur a été influencé par des groupes des années 60/70 tel que le Velvet Underground. Une très belle découverte avec l’album Transangelic Exodus, mais Ezra Furman a également d’autres albums disponibles sur Deezer.

 

Le thé Macaron Violette de La Maison Bourgeon

Je finis sur une note gourmande avec le thé Macaron Violette de La Maison Bourgeon, doux et réconfortant. Je connaissais déjà de nombreux parfums de thé et d’infusions de La Maison Bourgeon, je connaissais également le thé à la violette de chez Florian, hé bien je connais désormais le thé Macaron Violette de La Maison Bourgeon ! Ce thé a un goût très rond et sucré, alors attention, c’est du thé donc je ne suis pas en train de dire que le thé est sucré, mais de la même manière que la vanille apporte tout de suite un goût sucré, la violette a également le même effet. Pour ma part, je suis une grande fan de tous les produits contenant de la violette, j’aime beaucoup ce goût qui est cependant assez particulier.

 

Et voilà pour mes tops et flops du mois d’avril ! Dites-moi en commentaire si vous connaissiez ce que je vous ai présenté et si oui ce que vous en pensez, et dites-moi également quels sont vos tops et flops du moment, je veux tout savoir !

Retrouvez également en vidéo ma présentation de mes tops et flops sur ma chaîne Youtube :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *