Escapades

Carnet de voyage au Vietnam – Les préparatifs

Vous le savez peut-être si vous me suivez sur YouTube et/ou Instagram, je suis partie deux semaines au Vietnam cet hiver, du 26 décembre (#digestiondeladindedanslavion) au 11 janvier. Le but était d’aller visiter des amis de Nico partis s’installer à Hô-Chi-Minh-Ville au début de l’année 2018, et d’en profiter pour faire quelques visites dans le pays. Avant de partir, retour sur les préparatifs.

Le visa

Contrairement à nos précédentes vacances, nous n’avions absolument rien préparé (je ne sais pas vous mais chez moi la période de fin d’année est toujours très mouvementée, entre les dossiers du boulot à terminer avant les vacances, les cadeaux de Noël à préparer et les rhumes du début de l’hiver !), à tel point que nous avons découvert deux semaines avant le départ suite à un mail du copain sur place, qu’il nous fallait prévoir des visas puisque nous restions 16 jours dans le pays, soit un jour de plus que les 15 autorisés ! Branle bas de combat et panique à bord, vous vous en doutez … Selon les pays, mais également l’organisme par lequel vous passez, l’obtention d’un visa peut être extrêmement complexe et source de stress (big up la Russie, je ne sais pas si c’est toujours le cas mais il y une dizaine d’années les délais étaient tellement longs que j’ai vu le moment où nous allions devoir rester à la maison …). Pour le Vietnam, le stress n’a pas duré longtemps, en 72h tout était réglé, ouf 😅 Nous avons opté pour un visa payable et obtenable à l’arrivée : la démarche est d’obtenir une lettre d’invitation sur ce site que l’on présente à la sortie de l’avion et qui, moyennant 25$ et une photo d’identité, nous délivre le droit de rester 1 mois dans le pays. L’inconvénient : l’attente à la sortie de l’avion. L’avantage : cette démarche coûte deux fois moins cher que d’obtenir le visa avant le départ.

La valise et le circuit

Une fois les problèmes de visa réglés, croyez-vous que nous nous soyons occupés du déroulé du séjour ?? Oui bien sûr … dans le RER qui nous menait à l’aéroport ! Nous avons donc fait notre valise sans savoir où nous allions mettre les pieds, partant du principe qu’au Vietnam il ferait chaud et que nous n’aurions besoin que de shorts, t-shirt, maillots de bain, et soyons fous un pull pour l’avion. Vous vous dites ben oui logique ?? Erreur !

Je vous l’ai indiqué plus haut, nous partions pour Hô-Chi-Minh-Ville qui se trouve tout au sud, juste au dessus du delta du Mékong. Bien évidemment, je vous dis « Vietnam », vous me répondez « Baie de Ha Long ». Sauf que la baie, comme Hanoï (la capitale du Vietnam), se trouvent tout au nord … Le Vietnam n’est pas un pays très grand en superficie mais il est très étendu (voici la carte Google Map si vous souhaitez avoir un aperçu). Nous avons donc pris le parti de ne pas aller dans le nord pour cette fois, mais de visiter le centre du pays et notamment la cité impériale de Hué dont plusieurs amis m’avaient vanté la beauté. En détaillant le guide, les alentours de Hué semblaient présenter plusieurs beaux sites (Hôi An et Da Nang) mais également des plages, ce qui a achevé de nous convaincre.

Ce que nous n’avions pas vu avant d’arriver à Hué, est qu’au mois de janvier cette ville, comme toute la moitié nord du Vietnam, présente des températures bien inférieures à ce que l’on imaginait puisque la moyenne tourne autour de 20 degrés. En soit, 20 degrés ce n’est pas très froid, mais lorsque l’on n’a prévu que des shorts et des t-shirts … glaglagla … Je vous en reparlerai dans l’article dédié, mais en plus d’une température assez basse, la pluie et le vent se sont invités, ce qui ne semble pas si rare à Hué. En conclusion, notre postulat de départ sur la météo s’est avéré complètement erroné, et notre valise n’était plus si adaptée à notre voyage …

Les détails pratiques sur place

La monnaie

En partant, nous n’avions pas de monnaie vietnamienne, le dong, car le bureau de change dans lequel Nico avait été n’en avait pas. En revanche, nous avions des dollars ce qui nous a permis de payer les visas et le taxi en arrivant à l’aéroport. Nous nous sommes rendu compte ensuite que sur les sites les plus touristiques, les dollars sont acceptés, et parfois les prix ne sont même indiqués qu’en dollar et non en dong.

Maps me et Grab

Nous avons acheté une carte SIM pour pouvoir joindre les copains sur place, mais très honnêtement, si vous n’avez personne à appeler, ce n’est pas indispensable. Lorsque nous partons en voyage nous utilisons beaucoup l’application Maps me, une application gratuite pour téléphone portable, qui permet de consulter une carte hors connexion. Il suffit de penser à télécharger la carte du pays de destination avant de partir et le tour est joué. J’ai découvert avec cette application que le signal GPS du téléphone ne nécessitait pas de data, ainsi Maps me vous géolocalise, vous indique où vous êtes et vous propose un itinéraire pour vous rendre à l’adresse que vous lui aurez indiqué voire que vous aurez enregistrée en favori. Les cartes sont très détaillées, parfois plus que les cartes de Google maps notamment pour les chemins et les sentiers. Maps me est extrêmement pratique pour tout ce qui est rando en nature notamment.

Avoir de la data nous a néanmoins permis d’utiliser Grab, le Uber local. Tous les endroits que nous avons visité ne proposaient aucun transport en commun, y compris Hô-Chi-Minh-Ville qui est pourtant la deuxième ville du pays, ce qui implique donc de se déplacer en taxi pour les grandes distances. Néanmoins, de nombreux taxis circulent dans la ville à toute heure, il suffit de patienter quelques minutes pour en attraper un, là encore, Grab n’est pas indispensable. L’avantage de Grab est que, comme pour Uber, le prix est donné à la commande et non à l’arrivée, pas de mauvaise surprise et impossible pour le chauffeur de faire trois fois le tour de la ville pour allonger le montant de la course. Cependant les taxis ont tous des compteurs, les mauvaises surprises sont donc assez rares.

Le guide

Je reste fidèle au Guide Vert Michelin depuis des années, et là encore j’ai été totalement satisfaite. Je trouve que le Guide Vert Michelin est le meilleur compromis explications / conseil de points d’intérêt / adresse d’hôtels et de restaus / clarté des cartes. Le Vietnam étant une destination très prisée, tous les éditeurs de guide touristique proposent le Vietnam dans leur collection.

Matériel vidéo pour les vlogs

Si vous me suivez sur YouTube, vous avez peut-être suivi mes daily vlogs (la playlist complète des daily vlogs Vietnam par ici). Cela faisait déjà plusieurs vacances que je me tâtais à réaliser ce format de vidéo, je me suis donc lancée lors de ce voyage. L’objectif était de partager les endroits visités et la vie là-bas mais sans que cela ne prenne une place importante dans le déroulé du voyage. Lorsque vous voyez une vidéo de 5 minutes, j’ai réellement filmé 5 minutes en cumulé dans la journée afin de profiter de mes visites. Ensuite le montage et le téléchargement de la vidéo me prenaient 20 à 30 minutes le soir, ce qui reste très raisonnable.

  • Pour filmer j’ai utilisé tout simplement mon téléphone portable, un iPhone 7, la qualité de la vidéo étant très bonne cela m’a paru suffisant.
  • Mon frère m’avait offert pour Noël un tripode pour téléphone portable avec une télécommande, ce qui est tombé à pic ! J’avais sinon prévu d’utiliser ma perche à selfie, mais le tripode est plus ergonomique.
  • Néanmoins, le téléphone portable présente deux inconvénients : la qualité du son laisse franchement à désirer, et il n’y a aucune stabilisation de l’image. A réfléchir pour les prochains daily vlogs (si vous avez d’ailleurs du matériel à me recommander, je suis preneuse de tous vos conseil !).
  • Côté montage, j’ai utilisé Filmora Go, l’application mobile gratuite du logiciel de montage vidéo Wondershare Filmora (logiciel que j’utilise sur ordinateur pour le montage de mes vidéos YouTube). L’application mobile permet de faire des montages très simples, pour ma part je ne cherchais qu’à mettre bout à bout les petits morceaux de films que j’avais effectué tout au long de la journée, cela était donc suffisant.
  • Pour télécharger la vidéo sur YouTube, l’application YouTube Studio vient en complément de l’application YouTube classique pour pouvoir modifier facilement la miniature, le titre, la description de la vidéo, ranger la vidéo dans une playlist, ajouter les tags, etc …

Nous voici maintenant prêts pour le départ ! La suite des aventures au Vietnam dans le prochain article 😊

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :